Machine, Being and Nothingness (2019)

AI paintings and drawings about friction in art history, machinic academism and unlearning unlearning.

Aujourd’hui, l’apprentissage du savoir-faire artistique par la machine suit les règles de l’Académie : l’Intelligence Artificielle est nourrie d’histoire de l’art et entraînée à reconnaître des styles picturaux. Ses réseaux de neurones sont alors capables de créer des oeuvres « à la manière de » tel ou tel artiste. 
Ainsi, tandis qu’un néo-académisme machinique est en marche, il est urgent d’apprendre à désapprendre aux machines : à l’égal des peintres de la modernité, L’Être, la Machine et le Néant intègre dans le processus d’apprentissage la friction, l’erreur, l’anachronisme, le défaut, la schize, le bug, le néant… Le dispositif cherche à retrouver la dynamique de l’art : la rupture. L’incomplétude de la machine rejoint celle de l’être humain, à l’horizon d’une nouvelle modernité. 

Today, the learning of artistic know-how by the machine follows the rules of the Academy: Artificial Intelligence is fed with art history and trained to recognize pictorial styles. Its neural networks are then able to create works “in the manner of” such and such an artist.
Thus, while a mechanical neo-academism is on its way, it is urgent that machines learn to unlearn: like the painters of modernity, Being, Machine and Nothingness integrates into the process of learning friction, error, anachronism, defect, schize, bug, nothingness… The project seeks to recover the dynamic of art: rupture. The incompleteness of the machine joins that of the human being, on the horizon of a new modernity.

L’Être, la Machine et le Néant a été exposé du 22 novembre au 1er décembre 2019, lors de l’exposition Autonomie Zéro – Biennale Némo, Cité Internationale des Arts, Paris. Commissaires : Gilles Alvarez et Dominique Moulon.
Ce projet de Christophe Bruno a été réalisé en collaboration avec l’historienne de l’art Chrystelle Desbordes et avec la participation de diverses Intelligences Artificielles
Avec le soutien d’Arcadi Île-de-France
Avec la participation du DICRéAM

Machine, Being and Nothingness was exhibited from November 22 to December 1, 2019, during the exhibition Autonomie Zéro – Biennale Némo, Cité Internationale des Arts, Paris. Curators: Gilles Alvarez and Dominique Moulon.
This project by Christophe Bruno was carried out in collaboration with art historian Chrystelle Desbordes and with the participation of various Artificial Intelligences
With the support of Arcadi Île-de-France
With the participation of DICRéAM

Compression uberisée

2019
After Jacques-Louis David (1799), César (1960)
Deep Learning et impression haute qualité vernie sur toile
60 x 34 cm

L’artiste a « entraîné à peindre » une Intelligence Artificielle qui était destinée à conduire une voiture autonome Uber. La machine, perturbée dans son processus de Deep Learning, a produit l’image d’une scène de rue avec une compression à la César (1960), et elle a également choisi de « s’inspirer » du style néoclassique de L’Enlèvement des Sabines de Jacques-Louis David (1799), dont elle avait été nourrie lors de son « désapprentissage », parmi des milliers d’autres oeuvres. Mêlant tragiquement l’acier avec les formes organiques, la machine n’a visiblement pas respecté le code de la route ! Au-delà de la critique de l’académisme et de la standardisation propres à notre époque machinique, l’oeuvre souligne l’ubérisation généralisée des formes sociales, urbaines et esthétiques contemporaines, avec, peut-être, par le plus grand des hasards, un clin d’oeil au symbole que représente la création mythique de la ville de Rome (que l’IA a peut-être associé au prénom de César Baldaccini !).

The artist “trained to paint” an Artificial Intelligence that was intended to drive an autonomous Uber car. The machine, disturbed in its Deep Learning process, produced the image of a street scene with César-style compression (1960), and it also chose to “take inspiration” from the neoclassical style of The Rape of the Sabine Women by Jacques-Louis David (1799), from which she had been nourished during her “unlearning”, among thousands of other works. Tragically mixing steel with organic shapes, the machine obviously did not respect the Traffic Laws! Beyond the criticism of academicism and standardization specific to our machinic era, the work underlines the generalized uberization of contemporary social, urban and aesthetic forms, with, perhaps, by the greatest of luck, a nod to the symbol represented by the mythical creation of the city of Rome (which the AI may have associated with the first name of César Baldaccini!).

Glaneuses anthropométriques

2019
After Jean-François Millet (1857), Yves Klein (1960)
Deep Learning et impression haute qualité sur toile
100 x 75 cm

De l’ancien au nouveau réalisme, de la valeur travail à la valeur désir… La notion de « valeur » possède une généalogie conflictuelle : d’une part la valeur-travail dite « classique », qui s’accorde avec le point de vue du producteur et de ses besoins, et, d’autre part, une notion « néo-classique » de la valeur se rapportant à une utilité plus futile, qui laisse une place au désir du consommateur. En écho à ces conceptions irréductibles, différentes versions du réalisme hantent l’histoire de l’art. Du réalisme de Millet, contemporain de Marx, au Nouveau Réalisme de Klein, lequel interroge la possibilité même de produire deux objets identiques, monochromes bleus, dont les valeurs seraient différentes. La valeur de l’objet dépendrait ainsi non plus du travail de l’artiste et de son index académique et paternaliste, mais d’un contexte indécidable, qui se fige, momentanément, dans l’acte performatif de la consommation de l’œuvre, conférant à la valeur son « ophélimité », selon l’expression de l’économiste néo-classique Vilfredo Pareto.

From the old to the new realism, from labour- value to desire-value… The notion of “value” has a conflicting genealogy: on the one hand, the so-called “classic” labour-value, which agrees with the point of view of the producer and his needs, and, on the other hand, a “neoclassical” notion of value relating to a more futile utility, which leaves room for the consumer’s desire. Echoing these irreducible conceptions, different versions of realism haunt the history of art. From the realism of Millet, a contemporary of Marx, to Klein’s New Realism, which questions the very possibility of producing two identical objects, blue monochromes, whose values ​​would be different. The value of the object would thus no longer depend on the work of the artist and his academic and paternalistic index, but on an undecidable context, which freezes, momentarily, in the performative act of consuming the work, giving value its “ophelimity”, to use the expression of the neoclassical economist Vilfredo Pareto.

The Great Garbage Wave

2019
After Katsushika Hokusai (1831)
Deep Learning et impression haute qualité sur papier japonais Awagami Bizan 200 g
38 x 25,5 cm

Digital items (series of 12) for sale as NFT on HicEtNunc.xyz

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, des peintres comme Claude Monet ou Félix Bracquemond découvraient dans les marchés et les grands magasins, au Havre ou à Paris, des objets provenant du Japon enveloppés dans des estampes d’artistes anonymes de l’Empire du Soleil Levant. Ce sont ces emballages, plus que les “japonaiseries”, qui ont en partie influencé ces peintres et bien d’autres (tels Degas, Manet ou Van Gogh), au point de revisiter les codes de la peinture occidentale. Plus de 150 ans après la révolution industrielle et la rupture avec l’académisme, cette source d’inspiration a-t-elle influencé à son tour l’esthétique du réseau de neurones nourri d’histoire de l’art ? The Great Garbage Wave remixe la Grande Vague de Kanagawa de Hokusai (1831), avec d’innombrables emballages provenant du Great Pacific Garbage Patch, le “septième continent de plastique”. Alors que les civilisations urbanisées post-industrielles produisent des taux exponentiels de déchets, n’est-ce pas un juste retour des choses qu’une machine s’imprègne de la collapsologie ambiante pour déconstruire – désemballer pourrait-on dire – un petit bout de notre histoire moderne ?

In the second half of the 19th century, painters like Claude Monet or Félix Bracquemond discovered in the markets and department stores, in Le Havre or in Paris, objects from Japan wrapped in prints by anonymous artists of the Land of the Rising Sun. It is this packaging, more than the “Japanese curio”, which partly influenced these painters and many others (such as Degas, Manet or Van Gogh), to the point of revisiting the codes of Western painting. More than 150 years after the industrial revolution and the break with academicism, has this source of inspiration in turn influenced the aesthetics of the neural network nourished by art history? The Great Garbage Wave is a remix of Hokusai’s Great Wave off Kanagawa (1831), with countless wrappers from the Great Pacific Garbage Patch, the “seventh plastic continent”. While post-industrial urbanized civilizations produce exponential rates of waste, isn’t it a fair return for a machine to soak up the ambient collapsology to deconstruct – unpack you might say – a little piece of our modern history?

The Qubist Wave

2019
After Georges Braque (1908)
Deep Learning et impression haute qualité sur papier japonais Awagami Bizan 200 g
38 x 25,5 cm

Digital items (series of 12) for sale as NFT on HicEtNunc.xyz

The Qubist Wave est une réappropriation de Maisons et arbre de Georges Braque, alors qu’il inventait le Cubisme au port de L’Estaque en 1908.
À la même période, la Mécanique Quantique et la Relativité Générale émergeaient lentement. Aujourd’hui, la physique a commencé sa réunification avec le monde numérique : «It From Bit». L’univers est vu comme un océan d’ondes informationnelles, dont les atomes constitutifs, pixels d’espace-temps, s’organisent en réseau. Les notions même d’espace continu, de distance, de perspective, de temporalité, ne sont que des béquilles, artefacts de notre perception incomplète.
L’espace de la peinture est déconstruit, fragmenté, pixélisé, comme un Internet cosmogonique, une mousse savonneuse aux facettes éclatées, celles que Georges Braque avait entraperçues à L’Estaque.

The Qubist Wave is a reappropriation of Houses and Tree by Georges Braque as he invented Cubism at the port of L’Estaque in 1908. 
At the same period, Quantum Mechanics and General Relativity were slowly emerging. Nowadays, physics has begun its reunification with the digital world: “It From Bit”. The universe is seen as an ocean of information waves, whose constituent atoms, pixels of space-time, organize themselves in a network. The very notions of continuous space, distance, perspective, temporality, are only crutches, artefacts of our incomplete perception.
The space of painting is deconstructed, fragmented, pixelated, like a cosmogonic Internet, a soapy foam with exploded facets, those that Georges Braque had glimpsed at L’Estaque.

Surfing The Starry Ocean

2019
After Vincent Van Gogh (1889)
Deep Learning et impression haute qualité sur papier japonais Awagami Bizan 200 g
38 x 25,5 cm

Digital items (series of 12) for sale as NFT on HicEtNunc.xyz

Surfing The Great Wave off Kanagawa

2019
After Katsushika Hokusai (1831)
Deep Learning et impression haute qualité sur papier japonais Awagami Bizan 200 g
38 x 25,5 cm

Digital items (series of 12) for sale as NFT on HicEtNunc.xyz

Super Angelico

2019
After Fra Angelico (1423), Marvel (2010)
Deep Learning et impression haute qualité vernie sur sur 2 panneaux de bois
60 x 30 cm et 60 x 30 cm

Transfiguration du quatrième panneau de la prédelle du Retable de San Domenico di Fiesole (Pala di Fiesole), peint par Fra Angelico.

Transfiguration of the fourth panel of the predella of the Altarpiece of San Domenico di Fiesole (Fiesole Altarpiece), painted by Fra Angelico.

Uberweed #1

Uberweed #2

Uberweed #3

2019
Deep Learning et impression haute qualité sur toile
90 x 60 cm each

L’hyperréalisme de l’idéologie californienne…

The hyperrealism of Californian ideology…

Bonjour Monsieur Courbet ft. Viral Monet’s Poppies

2019
After Gustave Courbet (1854), Claude Monet (1873)
Deep Learning et impression  sur toile
127 x 110 cm

L’IA semble avoir pris les trois coquelicots du tableau de Gustave Courbet pour des anomalies picturales et a confondu ces taches de couleur avec Les Coquelicots peints par Claude Monet.

The AI seems to have taken the three poppies in Gustave Courbet’s painting for pictorial anomalies and confused these spots of color with The Poppies painted by Claude Monet.

Le développement du tourisme de masse

2019
After Théodore Géricault (1819), Fernand Léger (1949)
Deep Learning et impression haute qualité  sur toile
90 x 60 cm

Le réseau de neurones massivement alimenté d’histoire de l’art, utilisé par l’artiste, a produit ici une friction entre deux toiles réalisées par des peintres qui ont pris leur distance avec l’histoire de l’art académique : Le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault (1819), et Les Loisirs, de Fernand Léger (1949). Un scandale en appelle un autre : le spectateur qui regarde aujourd’hui Le Radeau de la Méduse a tendance à associer l’image au scandale contemporain des migrants qui affluent dans les villes occidentales. Les Loisirs sont, quant-à eux, un hommage aux congés payés et à un prolétariat urbain cherchant à se libérer de la valeur travail. La friction produite paraît esthétiquement réussie tout en contenant une interprétation qui perturbe la morale ainsi qu’en témoigne le titre de l’oeuvre, Le développement du tourisme de masse.

The neural network massively fed with art history, used by the artist, produced here a friction between two art works made by painters who have distanced themselves from the history of academic art: The Raft of the Medusa by Théodore Géricault (1819), and Leisure, by Fernand Léger (1949). One scandal calls for another: the viewer watching The Raft of the Medusa today tends to associate the image with the contemporary scandal of migrants flocking to Western cities. Leisure is, for its part, a tribute to paid vacation and to an urban proletariat seeking to free itself from the labour value. The friction produced appears aesthetically successful while containing an interpretation that disturbs morals as evidenced by the title of the work, The Development of Mass Tourism.

Tsunami in Saint-Rémy

2019
After Katsushika Hokusai (1831), Vincent Van Gogh (1889)
Deep Learning et impression haute qualité  sur toile
63,2 x 50 cm

A childhood drawing by Leonardo da Vinci

2019
After Leonardo da Vinci (1455)
Deep Learning et impression haute qualité sur papier à la cuve 100% coton 190g
Deep Learning and high quality printing on 100% cotton 190g mould-made paper
30 x 20 cm

Digital items (series of 12) for sale as NFT on rarible.com

Une IA, conçue par le Professeur Chang de l’Université de Tung-Tao-Li, a reconstitué un dessin d’enfance de Léonard de Vinci à partir de l’analyse de ses œuvres et de ses écrits, ainsi que des biographies et essais sur le peintre (comme par exemple Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, de Sigmund Freud). La fiabilité de la prédiction de l’IA est estimée à 89,47%. Le jeune Leonardo aurait pu dessiner cette scène primitive vers l’âge de 3 ans, selon les conclusions des dernières recherches menées par l’équipe du Pr. Chang.

An AI, designed by Professor Chang of Tung-Tao-Li University, reconstructed a Leonardo da Vinci’s childhood drawing from an analysis of his works and writings, as well as of biographies or essays about the painter (like Leonardo da Vinci, A Memory of His Childhood by Sigmund Freud). The reliability of the AI ​​prediction is estimated at 89.47%. The young Leonardo could have drawn this primal scene around the age of 3, according to the conclusions of the latest research conducted by the team of Pr. Chang.

Van Gogue

2019
After Vincent Van Gogh (1889)
Deep Learning
et impression haute qualité sur toile
30 x 20 cm

Bottom-up Venus

2019
After Sandro Botticelli (1485), « Dabbing Unicorn » Anonymous Internet Meme (2016)
Deep Learning et impression haute qualité sur toile
20 x 20 cm

La « Vénus sortie des eaux » ou « Vénus anadyomène » (du grec ancien ἀναδυομένη, « surgie vers le haut ») est un thème artistique courant de la peinture occidentale, issu de la mythologie gréco-romaine. Une IA, spécialisée à la fois en histoire de l’art et en langages anciens, a traduit « anadyomène » par « bottom-up » et a mêlé La Naissance de Vénus de Botticelli avec un mème anonyme, la « Dabbing Unicorn », forme qui a émergé de l’Internet en mode « bottom-up », et a été massivement partagée, disséminée et détournée.

“Venus rising from the sea” or “Venus anadyomene” (from the ancient Greek ἀναδυομένη: “arisen upwards”) is a current artistic theme in Western painting, stemming from Greco-Roman mythology. An AI, trained in both art history and ancient languages, translated “anadyomene” as “bottom-up” and mixed Botticelli’s Birth of Venus with an anonymous meme, the “Dabbing Unicorn”, a form that emerged from the Internet in “bottom-up” mode, and has been massively shared, disseminated and diverted.

Dripping Self-Portrait of Rembrandt

2019
After Rembrandt (1630), Jackson Pollock (1948)
Deep Learning et impression haute qualité sur papier Hahnemühle
30 x 45 cm